En savoir plus

Ils sont jeunes, ils sont Normands, très attachés à leur territoire et ont un seul et même objectif : participer aux prochains Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo ou ceux de 2024, à Paris. A travers leurs valeurs, leurs parcours, leurs lieux de vie ou d’entraînement, ces athlètes de haut niveau font rayonner le territoire en France et à l’étranger. Nous avons rencontré Léonie Cambours, Margaux Bailleul, Astier Nicolas et Alexis Hanquinquant dans leur quête vers la victoire. Tous les quatre font partie de la Team Normandie, une équipe hors-norme de 19 athlètes, constituée par la Région pour faire rayonner le sport de haut niveau normand en France et à l’international.

Le Havre me permet de me ressourcer, j’essaie de rentrer le plus souvent possible

MARGAUX BAILLEUL

 

  • 22 ans, née au Havre
  • Rameuse de l’équipe de France d’aviron
  • Rêve : devenir championne olympique

Lors des compétitions, on se transcende un peu puisque c’est notre passion (…) on vient chercher la performance, notre record personnel

LEONIE CAMBOURS

 

  • 21 ans, originaire d’Yvetot
  • Épreuves combinées athlétisme (heptathlon) : 100 m haie, saut en hauteur, lancer de poids, 200 m, saut en longueur, lancer de javelot, 800 m
  • Objectifs : Podium au championnat d’Europe 2021 en Estonie – JO 2024

Je suis autant triathlète que para triathlète, je m’éclate autant à m’entraîner avec les valides que les handis

ALEXIS HANQUINQUANT

 

  • 35 ans, né à Yvetot
  • Para triathlète : natation, vélo, course à pied
  • Objectif : une médaille d’or aux prochains Jeux Paralympiques

Mon épreuve préférée, c’est le cross parce que c’est l’épreuve avec laquelle j’arrive à m’amuser le plus avec mon cheval

ASTIER NICOLAS

 

  • 32 ans, vit à Basseneville
  • Cavalier concours complet
  • Objectif : Les prochains JO et autres compétitions internationales

TEAM NORMANDIE

Présentée par le Président Hervé Morin au Havre le 31 août 2017, la Team Normandie s’est d’abord constituée officiellement avec 27 athlètes normands. En juin 2020, un processus de renouvellement de la Team a été engagé, en collaboration avec les ligues sportives normandes, les collectivités partenaires (départements, métropole, grandes agglomérations normandes) et les centres ressources du sport de haut niveau. L’objectif ? Inscrire ce collectif dans une nouvelle dynamique avec la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

 

Pourquoi eux…?

Pour postuler au collectif, certaines conditions sont indispensables :

  • Le sportif doit être licencié dans un club normand depuis plusieurs années
  • Il doit être identifié à fort potentiel avec une trajectoire vers la très haute performance
  • Il doit faire preuve d’un ancrage local durable et d’un réel attachement à la Normandie
  • Il doit avoir une réelle volonté de coopération et d’implication dans le collectif de la Team

 

Aujourd’hui, 19 athlètes composent cette Team 2024, sous le regard attentif de Maxime Beaussire et Hugues Duboscq, parrains et tuteurs, pour accompagner les plus jeunes vers la très haute performance. Des temps forts avec le collectif sont organisés par la Région tout au long de l’année afin de les soutenir dans leurs objectifs.

En savoir plus sur la Team Normandie, par ici : https://www.normandie.fr/team-normandie

suivez nos champions

Episode 6 : LE GRAND DEPART !

Elle en rêvait, depuis des années : d’ici quelques jours, Margaux s’envolera pour Tokyo, où la jeune rameuse participera à ses premiers jeux olympiques dans un bateau de 4. L’objectif ? Rapporter une médaille lors de la compétition que la Havraise prépare toujours intensément avec l’équipe de France, dans le Jura.

Alexis s’envolera également pour le Japon, en août : il reste toujours le grand favori des épreuves de paratriathlon ! En attendant les JOP avec impatience, il compte mettre ce mois à profit pour continuer à s’entraîner. Nos deux athlètes font partie des 6 membres de la Team Normandie qualifiés pour les épreuves de cet été : on guettera avec plaisir leurs performances !

Triste nouvelle du côté des concours complets… A la suite d’une entorse de son cheval de tête, Babylone de Gamma, Astier Nicolas a fait le choix de renoncer aux Jeux, cette année. Quant à Léonie, en dépit d’une blessure, elle adresse tous ses encouragements aux membres de la Team, en direct de la compétition qu’elle attendait avec impatience : les championnats d’Europe espoirs, en Estonie. On croise les doigts pour elle !

Pas de doute que nous les retrouverons tous deux en bonne place lors des qualifications pour Paris 2024.

A quelques jours du départ et de cette compétition tant attendue à l’autre bout du monde, la Région fait également ses au revoir aux 6 athlètes de la Team Normandie : une occasion de rappeler toute la force de ce collectif soudé !

Episode 5 : une saison pleine de promesses pour nos athlètes !

Lors de notre dernier épisode, Margaux, notre jeune rameuse havraise se qualifiait pour les JO sur un bateau de 4. Le décollage pour Tokyo est prévu le 18 juillet, après quatre semaines de stage intensif en équipe de France. Une date à retenir : les épreuves d’aviron se dérouleront du 23 au 30 juillet ! Léonie est, quant à elle, soulagée : les championnats d’Europe espoirs d’athlétisme auront bien lieu. Annulés par la Norvège, en raison de la crise sanitaire, ce rendez-vous très attendu se déroulera finalement à Tallinn, en Estonie, du 8 au 11 juillet. Notre jeune athlète du SPN de Vernon a débuté une excellente saison et espère bien un podium cet été. Quant à Alexis, il est en forme comme jamais et attend avec impatience les Paralympiques. Coupe du monde de Leeds, de Yokohama… Les compétitions internationales se sont enchaînées ces derniers mois et le paratriathlète yvetotais a encore marqué les esprits ! Il reste très attendu aux JOP… Rendez-vous les 28 et 29 août pour le soutenir ! On leur souhaite tous beaucoup de chance pour cet été et de porter fièrement les couleurs normandes !

EPISODE 4 – Margaux va à Tokyo !

Quelle fierté : notre jeune Havraise Margaux Bailleul – pro de l’aviron ! – a terminé 2ème de la régate de qualification en bateau de quatre… Notre athlète de la Team Normandie et ses co-équipières (Emma Lunatti, Marie Jacquet, Violaine Aernoudts et Camille Juillet) s’envoleront pour Tokyo cet été, avec pour objectif de ramener dans leurs valises une médaille olympique !

EPISODE 3 – début des compétitions internationales et soutien familial

Margaux Bailleul, la rameuse de la team Normandie, se lance dans les premières compétitions internationales. Elle concourait, en « deux de couple femme », avec Hélène Lefebvre (déjà qualifiée aux JO de Tokyo), dimanche 11 avril, lors de la finale du championnat d’Europe. Une première expérience pour la jeune athlète qui espère toujours une qualification aux Jeux Olympiques…

En plus de ses entraînements, Léonie Cambours se consacre à ses études de management sportif en STAPS. Une organisation quotidienne facilitée par un aménagement horaire à l’Université de Mont-Saint-Aignan mais également par un soutien familial très présent, qui la motive à se dépasser davantage.

En dépit de plusieurs compétitions annulées, Alexis Hanquinquant, le paratriathlète de la team Normandie, continue les entraînements. Les premières coupes du monde internationales se précisent enfin. Un soulagement pour le Normand, favori aux Jeux paralympiques de Tokyo, qui va enfin pouvoir donner le meilleur de lui-même !

EPISODE 2 – entre entraînement normand et confinement équin

Après des sélections en équipe de France très prometteuses, Margaux retrouve, le temps d’un week-end, la Société Havraise d’Aviron : un vrai bol d’air pour l’athlète, ravie de retourner au sein du club qui l’a vue grandir, et qui continue de la soutenir et de l’entraîner. A la suite à d’une épidémie de rhinopneumonie équine grave qui sévit depuis quelques semaines, le piquet de chevaux d’Astier est, quant à lui, confiné en Normandie, toutes les compétitions nationales et internationales étant annulées ou reportées. C’est le moment de faire le travail de fond et de continuer à former les chevaux. Léonie a repris les entrainements normalement. Après une blessure en compétition, la jeune athlète se prépare pour les championnats de France et d’Europe, cet été.

EPISODE 1 – Team Normandie : dans le quotidien de sportifs de haut niveau

Dans ce tout premier épisode, nous découvrons le quotidien de nos quatre athlètes. Astier participe au tout premier stage de l’année de l’équipe de France de Concours Complet, au pôle France à Saumur. Une manière de mieux préparer ses chevaux au cross, d’évaluer leur niveau et de se projeter dans la saison qui commence. A la suite d’une blessure, Léonie met, quant à elle, fin à sa saison. Les entraînements adaptés et les séances avec la kinésithérapeute s’enchaînent afin d’être prête pour l’objectif de l’année : sa participation aux Championnats d’Europe en Norvège. Margaux poursuit ses nombreux stages avec l’équipe de France d’aviron, son prochain objectif : les championnats d’Europe du 8 au 11 avril prochain. Malgré l’annulation du Paratriathlon World Cup d’Abu Dhabi, qui devait se dérouler début mars, Alexis garde un rythme de travail effréné. Il trouve, tout de même, un peu de temps pour nous faire visiter un lieu plein de souvenirs à Yvetot… On vous laisse découvrir.

Margaux Bailleul : rigueur et persévérance

A 22 ans, Margaux a deux passions : sa ville, le Havre, et un sport, l’aviron. La première lui ayant permis de découvrir le deuxième, il y a maintenant 9 ans. 14 fois championne de France, deux fois médaillée d’or aux championnats du monde indoor 2020 – rien que ça ! – le palmarès est impressionnant, la sportive, tout autant.

L’aviron, qu’elle pratique à la Société Havraise de l’Aviron depuis 2011 et à haut niveau depuis 2015, réunit mental, physique et technique. Un trio exigeant qui ne décourage pas l’athlète.

En parallèle de ses études de kiné, c’est à un rythme d’enfer que la jeune Normande s’entraîne, chaque jour, pour atteindre un objectif : devenir championne olympique.

Alexis Hanquinquant : force et flamme

Du full contact – il est ancien champion de France – au triathlon, il aura fallu un accident du travail en 2010 et le choix de l’amputation pour lancer Alexis sur une autre discipline. Toujours dans l’excellence.

Quadruple champion de France, triple champion d’Europe et triple champion du monde : pour compléter ces faits d’armes éloquents, Alexis vise désormais la médaille d’or aux JO – au grand dam de ses concurrents.

Et on le comprend ! Licencié au Rouen Triathlon, Alexis nage 20 km, en avale 300 à vélo et en court 40, chaque semaine. Un entraînement à hauteur du challenge pour le favori des prochains jeux paralympiques. L’objectif, le jour J ? 750 m de nage, 20 km à vélo, 5 km de course à pied.

Léonie Cambours : passion et patience

C’est l’une des plus jeunes de la Team et elle n’a déjà rien à envier à ses aînés : à 20 ans, Léonie est quadruple championne de France espoir 2020. Un titre qu’elle espère renforcer et dépasser aux championnats d’Europe cet été.

L’heptathlon ? Une vraie passion qui conjugue puissance, vitesse, explosivité. Trois atouts indéniables pour la Seino-Marine qui pratique l’athlétisme depuis 12 ans, dont trois à un haut niveau.

L’esprit de compétition ? Indispensable, tout comme le soutien de son club eurois, le SPN Vernon, celui de sa mère, présente à toutes les compétitions, et celui du Pôle espoir de Rouen, où elle s’entraîne 6 jours par semaine.

Astier Nicolas : sensibilité et technique

“Le Normand qui murmurait à l’oreille des chevaux”… Elle est certes facile mais semble tellement coller au cavalier qui fait rimer sensibilité et technicité.

Un lien avec l’animal qui semble porter ses fruits pour Astier, attendu aux prochains JO avec Babylon de Gama, un hongre de 10 ans, qui l’accompagnera au dressage, au cross et au saut d’obstacles.

Cavalier émérite mais également chef d’entreprise, le Normand d’adoption, originaire de Toulouse, a fait le choix de s’installer en Normandie après les JO 2016 de Rio, qui l’ont vu sacré vice-champion olympique en individuel et champion olympique par équipe de concours complet.

Toujours à l’affût du bien-être de ses chevaux et de la performance, Astier a bien compris les atouts d’une terre équine comme la Normandie pour poursuivre sa passion .

Haut de la page

Fermer la recherche