En savoir plus

Expat’ normands : Nous avons retrouvé Élodie Le Pape en plein cœur du Havre, sa ville natale. En Normandie pour quelques semaines cet été, Élodie arrive tout droit de Montréal, où elle vit depuis octobre 2014 avec son compagnon.

Montréal, un coup de cœur

C’est par un premier visa touristique qu’Élodie découvre le Canada en 2014, pour retrouver son Chum Nicolas, déjà muni d’un visa travail. Sur place, elle trouve très vite un job comme graphiste pour le CHUM, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal. « Je faisais partie d’un groupe de cinq coordonnatrices – j’ai animé les réseaux sociaux et créé des visuels pour des événements et des campagnes de dons. »

 

« J’adore l’esprit d’équipe, discuter, avancer collectivement – au début, j’avais peur d’être indépendante »

 

En juin 2017, elle obtient la carte de résident permanent. Le même jour, la jeune Havraise décide de se mettre à son compte comme graphiste. Un statut de freelance qui lui permet notamment de travailler pour la Fondation Québécoise du cancer, mais également pour l’université de Montréal et d’autres institutions montréalaises.

Montréal ©Élodie Le Pape

Allier passion et découverte

En parallèle, Élodie assure l’ensemble de la communication de deux sociétés, fondées par son compagnon, Nicolas, et dont elle est l’associée. Running Addict est un blog consacré à la course à pied, tandis que Campus coach est une plateforme d’entraînement individualisé en course à pied. « Nicolas est un influenceur/youtubeur ; notre activité réunit 120 000 abonnés sur YouTube et 25 000 inscrits sur la plateforme. »  Un succès qui lui fait tout doucement abandonner son statut de freelance pour se consacrer à 100% dans l’aventure de l’entreprenariat.

 

« Montréal est une référence en termes de dynamisme et de culture »

 

Déterminée à vivre son nouveau pays, à s’intégrer, Élodie préfère le terme d’immigrée à celui d’expatriée. « Même si les Québécois sont très avenants, les amitiés ne se créent pas facilement » nuance-t-elle. En parallèle, passionnée par la photographie, elle anime des photowalk, des balades photos dans Montréal sur des itinéraires de deux heures. L’objectif ? « Montrer des choses, des lieux, des endroits photogéniques que les Montréalais ne connaissent pas forcément. »

Trouville-sur-Mer ©Élodie Le Pape

Retrouvailles normandes

Une passion et un regard qu’elle met également au service de la Normandie. Pendant ses quelques semaines sur le territoire, comme à son habitude, Élodie aime explorer sa région. Après Honfleur et Étretat il y a deux ans, c’est Deauville et Trouville-sur-Mer qui ont eu ses faveurs cette année. Avec un véritable coup de cœur pour le charme de cette dernière. « Quand je reviens au Havre, j’essaie toujours de redécouvrir ma région. J’aime bien montrer aux gens qu’il y a quelque chose à voir en Normandie. »

 

« Quand tu es loin, tu te sens toujours fière de tes racines »

 

A commencer par sa ville, Le Havre. Sa madeleine de Proust ? Retourner dans le centre-ville, voir les monuments… de l’architecture Perret à l’Église Saint-Joseph, en passant par le Volcan : c’est une ville aujourd’hui redynamisée dont elle est fière. « J’avais hâte de revoir ma famille. Quand je suis arrivée, j’ai eu une bouffée d’air : je suis chez moi ! » lance la jeune femme. « J’incite toujours les gens à venir ici, je valorise l’architecture atypique, les monuments, et l’histoire. C’est quelque chose d’unique ! » Une ambassadrice normande même à Montréal ! Sa dernière action ? Avoir convaincu des amis photographes français aujourd’hui Canadiens, de faire une escale au Havre. Même si elle ne sait toujours pas marcher sur les fameux galets – la mer fait également figure de passage incontournable.

©Élodie Le Pape

Un retour… un jour ?

Si le contexte sanitaire les as poussé à se poser la question d’un retour en France, il n’est cependant pas d’actualité pour Élodie et Nicolas. « Mes amis qui me ressemblent en tant qu’adulte sont là-bas désormais » explique la jeune Havraise, qui souhaite se lancer pleinement dans son nouveau challenge professionnel.

 

« Montréal me convient parfaitement. Aujourd’hui, le défi de l’entrepreneuriat m’occupe énormément, c’est un projet à 360°, de l’idée à la finalisation, les idées débordent ! »

 

Le prochain retour sera d’ailleurs professionnel, mi-octobre, pour le marathon de Paris, puis personnel : « Je vais bientôt être tata ! » confie Élodie, qui ajoute : « si nous devions revenir en France, ce serait forcément en Normandie. Pour ma famille, évidemment, mais aussi pour la proximité de Paris, plus facile professionnellement. » En attendant, Élodie reste déterminée à assumer son rôle d’ambassadrice outre-Atlantique. Après le lancement du club d’ambassadeurs de la Normandie à Montréal à l’occasion de Cinémania en 2019, elle a participé à de nombreux échanges, rencontres, et Pique-Nique pour la Paix… et compte bien continuer !

©Élodie Le Pape
  • Trois mots pour décrire Montréal : Éclectique, culturel et plat ! (L’occasion de se remettre au vélo…)

 

  • Trois mots pour décrire le Havre : Atypique, marin, chaleureux

 

  • Sa prochaine exploration normande : les côtes de la Manche

 

  • Ses conseils : découvrir le Havre, l’architecture Perret, le centre-ville, le Volcan et l’Église Saint-Joseph ; Aller à la plage ou se rendre sur les hauteurs, à Sainte-Adresse pour observer le panorama et les cabanes de plage multicolores ; aller à Trouville-sur-Mer pour découvrir le charme authentique d’une petite ville côtière

 

©Élodie Le Pape

Haut de la page

Fermer la recherche