En savoir plus

Née en 2011 de la reprise d’une ancienne usine Sagem Défense et Sécurité, Factem, implantée à Bayeux, est leader en accessoires audio et membre de la filière NAE (Normandie AéroEspace). Airbus, Dassault, Thalès, Naval Group… L’entreprise conçoit et fabrique une large gamme de produits dédiés aux acteurs des secteurs aéronautiques civil et militaire.

 

Dans le contexte actuel, la PME normande développe de nouveaux produits, notamment pour l’éducation nationale.

Décryptage d’une entreprise innovante avec Alain Dulac, l’un des deux co-fondateurs.

Deux activités, une véritable expertise

« Dans le cadre de mes activités, j’ai eu l’opportunité de faire racheter l’usine par le groupe familial dans lequel j’étais, en 2007. Puis en 2011, j’ai proposé de la reprendre à mon nom » explique Alain Dulac, PDG. Avec son associé Philippe Chanteau – aujourd’hui directeur de l’usine – cet ancien cadre de chez Sagem s’est donc employé dès 2011 à faire de Factem une entreprise à part entière. « Dans le concept de Sagem, il y avait des centres de Recherche et Développement en région parisienne, des équipes commerciales dans Paris intra-muros et des usines de fabrication en province. En reprenant cette usine, nous avions donc une capacité de production, mais pas de capacité commerciale ni de capacité de Recherche et Développement ». Le duo remonte alors les équipes idoines afin de reprendre le flambeau des anciens produits Sagem sur un seul et même site.

 

« Notre cœur de métier, c’est de concevoir, de développer et de fabriquer des micros et des écouteurs. »

 

Deux activités sont alors au cœur du processus : une activité de détecteur industriel et une activité acoustique. La première s’adresse notamment au secteur ferroviaire. « Le train en provenance de Paris s’arrêtera voie 1 » : cette annonce familière est déclenchée grâce aux détecteurs développés par l’entreprise, placés à quelques kilomètres de la gare. « Ils sont également responsables de l’ouverture et fermeture des passages à niveau par exemple ». Un marché stable qui permet à la PME bayeusaine d’axer Recherche et Développement sur son cœur de métier : l’acoustique, et notamment la transmission de la parole dans les environnements difficiles. « Cela veut dire convertir la parole en signal électrique – le micro – puis convertir ce signal électrique en son : cela s’appelle un écouteur ou un haut-parleur » explique Alain Dulac, qui précise : « soit on les fournit en tant que composants, soit on fabrique nous-mêmes des produits, comme interfaces entre l’opérateur et la radio, l’interphone, l’intercom… » précise le PDG.

Philippe Chanteau et Alain Dulac ont repris Factem en 2011

Réussite et résilience

A la reprise de l’entreprise, Alain Dulac et Philippe Chanteau décident de réinvestir le terrain de l’acoustique, laissé en l’état par Sagem, axant notamment leurs recherches sur les casques de pilote. Restructuration, investissement… un véritable défi et des efforts récompensés, en 2018, par l’attribution d’un marché d’envergure : la fabrication des casques de pilotes et co-pilotes pour Airbus. « Un appel d’offres remporté face à des grands du secteur, comme Bose » précise Alain Dulac, pas peu fier. Cette expertise reconnue les conduit également à travailler pour les armées et de grands pontes de l’industrie en développant et fabriquant combinés radio, haut-parleurs, micros-mains ou col de cygne, casques…

 

« Nos grands clients sont les grands donneurs d’ordre français tels que Airbus, Dassault, Thalès, Naval Group, les forces armées et de gros industriels comme ArcelorMittal, Total… »

 

Si 2019 marque le début de la commercialisation des casques auprès d’Airbus et des compagnies aériennes, la pandémie de Covid y met très vite le pas. La filière aéronautique n’est pas leur seul client – accessoires électro-acoustiques normands équipent également la défense nationale – mais cette mise à l’arrêt du secteur est néanmoins rude pour l’entreprise, qui cherche alors à s’adapter. Compétences humaines, moyens à disposition… la PME fait l’inventaire de ses capacités pour chercher des marchés de diversification, adaptés au contexte. Une quête qui leur permet d’élaborer aux mois de mai-juin 2020 un nouveau produit, le PVA 100.

Un nouveau marché complémentaire

L’idée ? Allier leur expertise de l’acoustique en milieu difficile au port du masque, qui rend l’élocution comme l’écoute parfois complexes. « Nous avons constaté que parler à travers un masque pour des personnes qui sont amenées à communiquer toute la journée, était fatiguant, épuisant. Nous avons notamment pensé aux enseignants » détaille Alain Dulac. Leur idée ? Concevoir un produit porté sur le masque qui permette d’apporter du confort lors de la locution, et sans effet larsen. Une dernière caractéristique innovante qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet.

« On a conçu le produit de telle façon à ce que son utilisation dépasse le contexte. Il y a potentiellement des marchés connexes à cibler, pour lesquels nous sommes en train de développer des produits plus spécifiques. Ce n’est pas une activité de remplacement mais complémentaire »

 

 

Un poids de 200g, portée de 50 mètres, 10 heures d’autonomie, rechargeable par câble USB, des accessoires variés – deux types de micro : un anti-larsen à clipser sur le masque ou un micro-tour de cou – des sangles… la commercialisation du PVA 100 a commencé début mars. Familier des circuits de décision dans les secteurs de l’aéronautique et des armées, Factem l’est en revanche beaucoup moins du marché de l’éducation et fait donc appel à un distributeur spécialisé. Sans s’interdire d’approcher de nouveaux clients : « nous nous sommes aperçus que le produit pouvait également intéresser le monde de la culture, les guides, les musées, voire les commerçants… Toutes les personnes amenées à parler à travers un masque sur une longue durée dans le cadre de leur activité professionnelle sont susceptibles d’être intéressées. »

A retenir

  • Factem, PME située à Bayeux, conçoit, développe et fabrique tout ce qui permet à un opérateur de rentrer sa voix dans un système de communication ou de la sortir de façon à pouvoir l’entendre.

 

  • Factem compte un effectif de 60 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires en 2020 de 7,2 million d’euros.

 

  • Factem est membre de NAE, Normandie AéroEspace. Alain Dulac l’un des deux co-fondateurs est également représentant au sein du comité aéro-PME du GIFAS (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales).

 

 Lien : http://www.factem.com/fr/

Haut de la page

Fermer la recherche