En savoir plus

Découvrez la programmation du Tangram, à Évreux, en octobre !

 

  • Concert COVERTRAMP – vendredi 1er octobre – 20h30

 

Formé en 1969 sur les brisées du rock progressif, le groupe anglais Supertramp (« super clochard ») possède en son sein trois auteurs et compositeurs à l’écriture ambitieuse et sophistiquée : Richard Davies (claviers et chant), Roger Hodgson (guitare et chant) et le saxophoniste John Anthony Halliwell. La formule délivrée sur les deux premiers albums ne convainc qu’un public maigre, mais prend son essor tout au long des trois suivants. Le succès devient mondial en 1979 à la sortie du bestseller Breakfast in America, qui totalise dix-huit millions d’exemplaires vendus et dont la moitié des chansons fait l’objet de singles : The Logical Song, Goodbye Stranger ou Take the Long Way Home s’inscrivent dans toutes les mémoires.Quelques décennies plus tard, le chanteur Philippe Tailleferd, remarqué dans The Voice et six talentueux musiciens multi-instrumentistes de ses amis, décident de rendre hommage au groupe mythique : Covertramp est né. Après un an et demi de travail acharné, soucieux du détail et de la perfection des sons si caractéristiques du groupe originel, les sept amis présentent leur show 100% live (aucun pré-enregistrement) où cinq des albums emblématiques sont représentés… Le temps d’une soirée, Covertramp vous propose de voyager au cœur des années 70 et ressuscite les partitions originelles afin que le public retrouve intacte l’émotion que suscite ce célèbre répertoire…. Durant deux heures, Covertramp vous transportera à un concert du groupe anglais. Fermez les yeux, vous y êtes !

Philippe Tailleferd (Voix, Claviers, Harmonica), Sandra Battini (Chœurs, percussions), Nicolas Rasmussen (Basse, Chœurs), François Chambert (Saxophone, Clarinette, Chœurs), François Combarieu (Guitare, Claviers, Chœurs), Marc Giglio (Batterie).

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/palais-des-congres/congres–evenements-sous-section/covertramp

 

 

  • Théâtre LA NUIT DES ROIS – Mercredi 6 octobre et jeudi 7 octobre – 20h

 

La nuit des rois

William Shakespeare | Sylvain Levitte

Le travestissement est pratique courante dans cette comédie. Le parti pris du metteur en scène de faire appel à huit comédiennes et une pianiste, pour interpréter cette pièce jouée à son époque exclusivement par des hommes, en est donc un prolongement logique et théâtral. Une sorte de seconde nature offerte à cette partition des pulsions et des désirs, à cette œuvre shakespearienne et néanmoins… élisabéthaine.

De fait, dans cette comédie de Shakespeare, dont le sous-titre est « Tout ce que vous voulez », on aime à se mettre à la place de, à faire croire que. Homme ou femme qu’importe, c’est un théâtre où l’on se déguise, où l’on se fait autre, pour déjouer les pièges, pour se venger, pour séduire ou confondre. Nous sommes en Illyrie c’est-à-dire en… illusion et c’est une invitation à l’imaginaire offerte dans un grand spectacle populaire.

C’est un lieu de liberté totale et d’interrogation de tous les désirs. On suggère, on fantasme. On ruse, on transforme. Jeu de doubles, jeu de dupes. Jeu des sexes, jeu des genres. Si ce n’est-elle, c’est donc son frère… Trois mariages et des travestissements.

 

Mail et site internethttp://www.letangram.com/scene-nationale/spectacles/la-nuit-des-rois-copie

 

 

  • Théâtre – Spectacle jeune public –  VERTE – vendredi 8 octobre – 20h

 

Verte

Marie Desplechin | Léna Braban

Verte veut être comme ses copines, une petite fille de onze ans comme les autres. Elle ne veut surtout pas être une sorcière. Mais, voilà, déjà elle s’appelle Verte et en plus sa mère, Ursule, est une sorcière ! Et sa grand-mère, Anastabotte, aussi ! Alors, afin d’assurer l’hérédité familiale, Ursule envoie sa fille en stage chez Anastabotte. Et dès lors…

Tout ne se passe pas comme prévu car Verte va rencontrer Soufi, un fils d’immigrés. Lui aussi « différent ». Lui aussi « pas comme les autres »… Et la grand-mère va montrer une belle habileté à enfreindre les règles de la sorcellerie afin de guider sa petite fille -très douée par ailleurs- vers le grand chemin de l’adolescence…

Léna Braban a plongé dans la marmite (à succès depuis la parution de ce « classique » de la littérature jeunesse en 1996 !) de la romancière Marie Desplechin afin d’assaisonner les ingrédients fantastiques de la sorcellerie à une sauce inédite et très contemporaine. Une marmite, tout à la fois drôle et profonde, où les sujets graves de l’identité, de la différence, de la quête d’une paternité absente sont abordés avec une subtilité efficace et un humour bienvenu.

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/scene-nationale/spectacles/verte

 

 

  • Concert – DOMINIQUE FILS-AIMÉ – samedi 9 octobre – 17h

 

Dominique Fils-Aimé

Three Little words

Née de parents haïtiens, vivant aujourd’hui à Montréal, la chanteuse Dominique Fils-Aimé nous convie à une superbe balade dans la soul, le funk, le folk, le gospel et le jazz. Au cœur de ses propres mots et de la musique afro-américaine.

Avec Dominique Fils-Aimé, les traces du passé sont là, bien présentes, de l’esclavage au combat pour les droits civiques aux États-Unis. Au fil de ses enregistrements et de ses concerts, planent l’ombre bienveillante et militante de Maya Angelou, le souvenir de Billie Holiday et de Strange Fruit, l’écho de Nina Simone et de Feeling good… Une communauté de luttes en partage, revisitée dans une autre géographie et une autre histoire, comme en témoigne son deuxième album, Stay Tuned !, et son (r)appel à la révolution. Aujourd’hui, « Three Little Words », trois petites notes…  une démarche plus intimiste, plus apaisée, sans pourtant jamais perdre la chaleur du combat.

L’auteure interprète dessine, avec talent, une empreinte neuve, un univers très personnel, une identité singulière, combinant une part de mystère, d’énergie et de douceur déterminée.

Avec Dominique Fils-Aimé, il y a surtout une voix, son « instrument principal » comme elle aime à la qualifier. Une voix comme un effleurement, une sorte de tendresse éruptive. Une « revolution serenade ». Une caresse tenace… « Free Dom » chante-t-elle (en deux mots !) et cela s’entend…

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/musiques-actuelles/musiques-actuelles-sous-section/dominique-fils-aime_1

 

 

  • Concert – ROVER 1ère partie Terrier – samedi 9 octobre – 20h

 

Timothée Reigner, plus connu sous le nom de Rover s’est isolé et a hiberné pendant 14 longs mois pour l’enregistrement de son troisième album solo, intégralement composé dans les anciennes glacières de Saint-Gilles, un quartier de Bruxelles. « Eiskeller » qui signifie « cave à glace », en allemand est un projet complètement fou à l’image de cet artiste hors du commun qui nous étonne par son parcours iconoclaste. Le chanteur français a grandi à New York, vécu au Liban où il formait un duo musical avec son frère … et a même été rugbyman professionnel ! Colosse timide, au cœur tendre, cet artiste multi instrumentiste saura vous séduire avec sa voix singulière qu’il entretient comme un sportif de haut niveau… entretient son corps.

Débarqué par hasard à l’orée de l’automne avec un premier titre, « Tourniquet », Terrier a frappé un grand coup d’emblée. Sa musique, entre chanson urbaine, rock, slam-post/punk, ses textes : voyages sentimentaux d’un gamin de l’époque, entre La Vendée natale et les sous-sols de Montreuil. Et un décor monochrome, du noir, du blanc, mais toujours des nuances.

 

Mail et site internet  billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/musiques-actuelles/musiques-actuelles-sous-section/rover

 

 

  • Danse – A MON BEL AMOUR – mardi 12 octobre – 20h

 

À mon bel amour | Anne Nguyen

« À chacun sa route, à chacun son chemin » dit la chanson. « À chacun son geste, à chacun son vêtement » confirment la chorégraphe Anne Nguyen et ses huit danseurs, quatre femmes, quatre hommes. En solo, duo ou en groupe, ils sont ensemble et ils sont un. Ils sont mêmes et différents. Ils offrent une balade dans la danse urbaine, dans des références choisies. Un « best of » réinventé du hip-hop.

En tenue de sport ample ou tee-shirt moulant, gilet cintré ou pantalon de camouflage, chemise blanche, veste à carreaux ou jogging fluo, ils jouent de leurs corps, ils prennent la pause, la posture, ils « performent ». Séduction, dérision, provocation. Ils sont eux-mêmes !

Beaux, arrogants, insolents, sexy, élégants, avec une créativité farouche pour aller vers le geste neuf, la rencontre et la confrontation inédites. Une technicité virtuose pour donner à la difficulté l’apparence de la facilité.

Voguing, krump, locking, waacking, popping… Qu’importe le nom, le style, la référence (la danse urbaine a déjà ses classiques !). Qu’importe le flacon, souvent à consonance anglo-saxonne, il faut goûter l’ivresse du geste, savourer la fièvre de la performance, la volonté du partage, le plaisir de danser, d’être ensemble, d’être soi parmi les autres.

 

Mail et site internet  billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/scene-nationale/spectacles/a-mon-bel-amour_1

 

 

  • Musique – Théâtre – FLAUBERT ILLUMINÉ

 

Flaubert illuminé | Carine Piazzi | Oswald Sallaberger

Sous ce titre flamboyant, la rencontre de deux géants de la création, Gustave Flaubert et Ludwig van Beethoven. Deux monstres réunis par la volonté de Carine Piazzi et d’Oswald Sallaberger. Deux œuvres croisées, Trois contes pour l’écrivain, l’Opus 131 du quatuor en ut dièse mineur du musicien.

D’une part, la dernière œuvre de Gustave Flaubert, publiée trois ans avant sa mort en 1880, réunissant un récit réaliste, Un cœur simple, une plongée dans le Moyen-Âge mystique avec La Légende de Saint Julien l’hospitalier et dans la Grèce antique avec Hérodias. Un triptyque de textes très divers portés par une même harmonieuse alchimie. De l’autre, une œuvre de fin de vie, écrite par un Beethoven plus intime, comme porté à la confidence. Carine Piazzi et Oswald Sallaberger ont souhaité traquer les liens qui unissent les deux créations, les faire dialoguer et résonner par-delà les modes d’expression. Pour cela, ils recourent à l’épreuve du « gueuloir », cher à Flaubert qui aimait à dire ses textes à haute voix afin de leur apporter une ultime retouche… Une dernière note ?

« Après cela, que reste-t-il à écrire ? » disait Flaubert à l’écoute du musicien. Pourtant, ils ne se sont jamais rencontrés (Flaubert a six ans à la mort de Beethoven), mais le lien et l’admiration artistiques sont avérés. La rencontre est donc tout aussi artistique qu’imaginaire. Flaubert et Beethoven, l’écrivain et le musicien, le conte et le quatuor, les mots et les notes confondus dans une même scénographie « résolument contemporaine » faite de géométrie et de couleurs. Une mise à nu de la simplicité des très grands. Et pourquoi pas l’occasion d’une éducation… musicale ?

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/scene-nationale/spectacles/flaubert-illumine

 

 

  • Concert – FILLS Monkey – samedi 16 octobre – 20h

 

Fills Monkey, c’est un duo de batterie complètement déjanté et hilarant. Un langage universel, celui du rythme et du son, des battements du cœur et des pulsations irrésistibles. Toujours prêt à vous faire rire en musique, le duo connu dans le monde entier revient avec un nouveau spectacle.

Une heure trente de musique, de rire, de poésie, orchestré par un duo capable de jouer de la batterie sur tout et n’importe quoi, emportant le public dans une ambiance digne d’un stade. Avec de nombreux clins d’œil aussi à leurs groupes fétiches (ACDC, Metallica, Rolling Stones, U2, The Offspring, Queen ou encore Daft Punk), les Fills Monkey vous réservent un voyage suspendu entre ciel et terre, passé acoustique et futur numérique. We will drum you.

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/musiques-actuelles/musiques-actuelles-sous-section/fills-monkey_1

 

 

  • Théâtre, club Tangram – QUELLE FAMILLE ! – Mardi 19 octobre – 20h

 

Quand l’envie de divorcer touche toutes les générations d’une même famille… Humour, quiproquos, portes qui claquent, répliques qui font mouche, personnages attachants sont les ingrédients de cette pièce, digne héritière du théâtre de Boulevard.

À chaque fois qu’un petit différend l’oppose à son mari, Denise a pris la fâcheuse habitude de venir se réfugier chez sa fille Michèle, qui habite à deux pas. Mais les petits différends sont de plus en plus fréquents et, cette fois, quand le rideau se lève et que Denise entre pour la énième fois chez Michèle, sa valise à la main, la situation est beaucoup plus grave : elle lui annonce son intention de divorcer après quarante ans de mariage !

Michèle est effondrée… et ça ne va pas s’arranger lorsque son grand-père, tout juste débarqué de la Nièvre, déclare lui aussi vouloir se séparer de sa femme !

Alors, quand sa fille Annie et son gendre Franck rentrent de voyage de noces avec la même intention, la situation va singulièrement se compliquer, entraînant un immense déballage de linge sale… en famille !

Une comédie familiale à rebondissements où la folie se transmet également de génération en génération.

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/palais-des-congres/congres–evenements-sous-section/quelle-famille_1

 

 

  • DansePODE SER | C’EST TOI QU’ADORE – jeudi 21 et vendredi 22 octobre – 20h

 

Après des débuts à Saint-Nazaire dans le hip-hop, une formation dans une troupe dirigée par un chorégraphe brésilien, une collaboration chez Maguy Marin dans May B, la danseuse et chorégraphe de 29 ans, Leïla Ka, a suivi « sa » danse comme on suit son chemin, en créant et interprétant ses propres pièces. Tout d’abord, en 2018, dans un solo, primé en Allemagne, en Pologne et en Italie puis, plus récemment, en duo avec Jane Fournier Dumet.

Pode ser

Seule, Leïla, en robe rose, très sage – trop peut-être – interprète un personnage, « un peu bancal », « un peu décalé » et très rebelle. Leïla Ka décline les autres soi, le rapport à soi-même et aux autres. Elle restitue les identités multiples qui l’habitent ou qui l’ont habitée, celles qu’elle a assumées, celles qu’elle a refusées, celles qui lui ont été collées sur le corps, sur la peau. Une démarche que la chorégraphe et danseuse définit comme « la mise en scène d’une tentative de révolte ».

Sous la robe… jogging et baskets, hip-hop, boxe et capoeira. Tour à tour déterminée et victorieuse ou vaincue et blessée. Quinze minutes denses et intenses comme un combat « théâtral ». Un solo d’une beauté existentielle dont on perçoit la force de l’audace et la fragilité intime.

C’est toi qu’on adore

Pour le second volet de la soirée, la ligne des gestes est voisine mais c’est en duo qu’ils se conjuguent. Leïla Ka et Jane Fournier Dumet vont poursuivre la quête, affronter l’adversité, tenter de vaincre, toujours se relever après les chutes.

Deux pièces dont on perçoit l’âpreté de l’enjeu, de la déchirure. Et dans ces corps en lutte, les visages dansent aussi !

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/scene-nationale/spectacles/pode-ser-cest-toi-quon-adore

 

 

  • Concert – L’OGRE EN PAPIER – SPECTACLE JEUNE PUBLIC – vendredi 22 octobre – 20h

 

D’ogre, il n’a que le caractère et la voix. Grave et rocailleuse, il s’en sert pour chanter sa vie de grande personne dont les certitudes sont souvent chamboulées par les questions des enfants.

Avec humour et finesse, il nous raconte son expérience de père qui tente d’apporter des réponses aux enfants qui l’entourent.

À mi-chemin entre le Roi des papas, le Muppet Show et ACDC, un format concert drôle et ludique servi par quatre multi – instrumentistes qui donnent du corps et du verbe décalé pour raconter les états d’âme de cette voix d’ogre qui ne fait pas peur : un Ogre en papier.

 

Mail et site internet billetterie@letangram.com

http://www.letangram.com/musiques-actuelles/musiques-actuelles-sous-section/logre-en-papier_2

 

 

Haut de la page

Fermer la recherche