En savoir plus

Jean-Pierre Vrac

Connaître un pays, une ville, une région, par ses habitants, ses âmes, c’est la meilleure expérience que l’on puisse avoir.

Qui suis-je :

Je m’appelle Jean-Pierre Vrac, je suis dirigeant d’entreprise. Je travaille en Afrique de l’Ouest depuis 2009, j’ai été cadre supérieur chez Siemens pendant 18 ans, et je suis aujourd’hui toujours leur partenaire à travers ma propre société. J’ai 4 enfants d’un premier mariage et deux ici, au Sénégal. J’ai été Directeur de « région Normandie-Bretagne » : nous avions réussi à unir la Normandie et la Bretagne sous une même entité régionale J’ai beaucoup voyagé un peu partout dans le monde, puisque j’étais expert dans les systèmes de Sécurité dans le nucléaire : la Chine, le Japon, l’Afrique du Sud… J’ai également fait de l’humanitaire à titre privé. J’adore la musique, qui est l’une de mes passions. Je tatillonne la guitare et joue du blues, du jazz et du jazz manouche. Mon père était gitan, ça doit faire partie de mes gènes ! Je suis aussi un grand voyageur… Quand je suis dans un pays étranger, je m’intéresse vraiment au pays : je ne viens pas en tant que touriste comme on peut le voir parfois. Connaître un pays, une ville, une région, par ses habitants, ses âmes, c’est la meilleure expérience que l’on puisse avoir.

Mes liens avec la Normandie :

Je suis né à Bénouville, et j’ai vécu jusqu’à l’âge de 16 ans à Cherbourg. J’y ai d’ailleurs toujours ma maison. La Normandie, pour moi, ce sont les paysages, la gastronomie, sa culture, mais aussi l’Histoire. Je fais partie d’un groupe de reconstitution de la Seconde Guerre Mondiale. Je rentre chaque année pour participer aux commémorations du 6 juin. C’est un devoir de mémoire. Je suis aussi passionné par l’histoire de Guillaume le Conquérant, des vikings… depuis le Traité de Saint-Clair-sur-Epte, en 911, qui a donné naissance au duché de Normandie. J’avais même commencé à faire du droit normand à l’Université de Caen mais le temps m’a manqué pour poursuivre. J’ai plaisir à revenir dès que je le peux, de vanter ma région parce que je la trouve sincèrement magnifique.

 

Photo : Yann Lemesle

Mon rôle d’ambassadeur :

J’ai toujours promu la Normandie à travers le monde. Y compris son histoire, sa culture, ses peintres, ses Normands… J’aime parler aussi du bien-être à vivre en Normandie. Comme beaucoup de gens le disent – on pleure deux fois en Normandie : en arrivant et en repartant. C’est totalement vrai. J’ai toujours milité pour la réunification de la Normandie – mon engagement est très sincère ! Aujourd’hui, je continue à travers le Clos Normand, en faisant rayonner la Normandie au Sénégal.

Nous avons par exemple organisé les Pique-niques pour la Paix à Dakar, pendant deux ans. C’était très convivial, très familial. Nous avons également fêté la Saint-Michel, la fête des Normands, le 29 septembre. Nous avions même diffusé un film avec Bourvil et Fernandel en plein air. J’organise régulièrement des événements normands, autour des fromages notamment, en racontant leur histoire, en les faisant goûter dans le cadre d’une soirée œnologie. Je rapporte à mon retour de Normandie dans mes valises, à mon compte, toute la gastronomie normande, pour organiser des soirées et ainsi faire valoir la Normandie.

Je me considère vraiment comme un ambassadeur.

Le Clos normand :

L’association l’Amicale des Normands – Le Clos Normand a été créée le 6 avril 1962 sous le parrainage de Colette Senghor, Normande originaire de Verson, épouse de Léopold Sedar Senghor – le fameux poète, écrivain, homme d’État français et premier Président de la République du Sénégal.

Le lieu, à Dakar, a été créé par des Normands – les statuts indiquaient qu’il fallait être Normand ou être parrainé par un Normand – et le président ne pouvait être que Normand. Cela a largement évolué depuis. L’ouverture au monde de la Normandie est une réalité : nous ne sommes qu’une quinzaine de Normands sur les 187 adhérents, tous bénévoles. Je pense que c’est l’association normande la plus importante au monde actuellement.

Ici, c’est vraiment l’esprit de la Normandie : nous sommes ouverts à tous, on s’adresse aussi bien aux Normands de cœur, qu’aux Normands de passage ou de naissance. Les Sénégalais sont également dans l’association ainsi que d’autres nationalités. Notre projet est de créer une école de football pour les enfants, mixte, garçon-fille. Il y a beaucoup de choses à faire, on a plein d’idées, maintenant, il faut trouver les moyens de les faire.

 

Le Clos Normand a connu des hauts et des bas – des grandes euphories et des périodes d’accalmie, en fonction des circonstances de la vie. On a failli perdre l’association pendant la crise. L’année dernière, lors des émeutes et manifestations qui se sont déroulées le 8 février à Dakar, la paillote a été atteinte par diverses bombes lacrymogènes et a brulé sans que nous puissions intervenir. C’était notre lieu multiculturel – nous organisions aussi bien des soirées culturelles de tout genre, des tournois jeux, des concerts, les rencontres de la Coupe du Monde sur écran géant avec 500 supporters à chaque match, des anniversaires, des fêtes, des jeux… tout ce que l’on peut imaginer. Après le lancement d’une cagnotte et la recherche de sponsors, nous avons pu réunir l’argent nécessaire et l’association a pu reconstruire, non pas une paillotte, mais un espace multiculturel, inauguré le 8 avril dernier devant 250 personnes.

Il y a aussi des terrains de tennis, de football, de rugby, de basket, de pétanque… C’est un grand espace, familial, avec une aire pour les enfants. Le Clos Normand est l’association qui organise le plus d’évènements sur Dakar. Nous avons par ailleurs relancé une demande de subvention sur trois ans, qui devrait nous permettre de rénover le Clos et de le remettre aux normes techniques et sanitaires.

 

Nous allons fêter les 60 ans du Clos Normand cette année, en novembre, mois de l’officialisation de l’association, et nous souhaitons en faire un évènement majeur à Dakar, de la présence de la Normandie au Sénégal. Nous partons d’une page blanche, nous n’avons rien prévu encore – j’aimerais bien que l’on retrouve l’envie et le goût d’être normands. Nous devons impérativement marquer le coup avec ces 60 ans !

 

 

Plus d’infos, demande de renseignements : https://www.facebook.com/leclosnormanddkr/

 

 

Témoignages Ambassadeurs

Pierre DOTTELONDE

Pierre DOTTELONDE

Le Havre Lire le témoignage

Jérémy ASTRIE

Jérémy ASTRIE

Saint-Lô Lire le témoignage

Virginie CHAPDELAINE

Virginie CHAPDELAINE

Jullouville Lire le témoignage

Haut de la page

Fermer la recherche