En savoir plus

Matteo Dell’Orto

Vivre les bouchons en sens inverse

Né il y a 40 ans et quelques mois entre Milan et Côme, Matteo Dell’Orto a vécu en Italie pendant une vingtaine d’années avant d’appréhender le monde, notamment l’Europe, avec voyages et expériences de vie. Londres – où il rencontre sa femme – Madrid, le sud de la France, puis Paris, en 2006, où il devient directeur des ventes pour une coopérative d’hôteliers indépendants. En 2017, il décide de quitter la capitale pour s’installer à Caen, tout en gardant son activité, effectuant des déplacements réguliers entre Paris, la Normandie et l’Europe. Témoignage ensoleillé d’un Italien conquis par la proximité.

 

 

Pourquoi la Normandie :

« Ma femme est originaire de Normandie, mais cela n’est pas tout ! On s’y sent bien. Et puis, c’est proche de Paris, mais sans être une banlieue dortoir. Il y a également la proximité de la mer, que j’adore. Et la taille de la ville, Caen, qui nous convenait parfaitement. »

 

Ma première surprise :

« Je n’avais pas l’habitude de paysages aussi verts. La toute première fois, il y a une quinzaine d’années – je parlais à peine français – j’ai été frappé par la verdure des paysages, de la campagne, tout en étant si proche de la côte. C’était si différent de la Méditerranée que je connaissais. »

 

 

Le gros + :

« Pour moi, sans hésiter, c’est la qualité de vie. Nous avons accès à tous les services, les routes sont en bon état, Caen est une ville à taille humaine. En fait, il y a toutes les commodités tout en restant une ville où il fait bon vivre. »

 

Des clichés à démonter :

« J’ai été positivement surpris par le climat : contrairement à ce que beaucoup de Français disent, il ne pleut pas tout le temps en Normandie ! Par comparaison, à Paris, il fait souvent gris. A Caen et sur la côte normande, il y a beaucoup de lumière… le temps est très changeant, c’est vrai, mais il n’y a pas de journées interminables de pluie. Autre surprise… 9 Français sur 10 pensent que les coquilles Saint-Jacques viennent de Bretagne : c’est faux ! Il y en a énormément qui sont pêchées aux alentours de Port-en-Bessin par exemple. »

 

 

Le petit – :

« Expérimentant depuis 4 ans le télétravail – avec trois jours en moyenne par semaine à domicile et deux jours à Paris, j’ai été amené à faire beaucoup de déplacements. Et c’est vrai que les transports sont parfois capricieux, notamment avec les retards des trains. »

 

Les différences notables avec Paris :

« Je vais être méchant avec Paris qui m’a accueilli pendant 10 ans mais il n’y a aucune comparaison possible. Rien ne me manque : la foule, la saleté, le bruit, la confusion, les bouchons, le trafic… c’est une ville que j’adore mais je préfère y venir pour un week-end. Tout y est plus compliqué… Pour aller voir un ami, à 10km, c’est minimum une heure de transport. En Normandie, 10km, c’est 10 minutes ! Côté loyers, ce n’est pas comparable non plus. A Caen, on peut avoir un espace extérieur agréable, à Paris, c’est impensable.

J’entends également souvent que l’offre culturelle est plus importante à Paris, c’est normal, et dans ce cas, s’y rendre un week-end est plus agréable : je préfère largement vivre les bouchons en sens inverse… ! Même du côté des activités sportives, comme la course à pied, le tennis, la natation, il faut faire la queue, prévoir à l’avance, réserver… en Normandie, c’est plus facilement accessible, on est plus libres d’être spontanés. »

 

 

Mes découvertes et coins insoupçonnés :

« Tout le monde connaît la Normandie pour le cidre et le fromage et non pour les huitres et les saint jacques – c’est dommage ! Avec ma femme, nous faisons beaucoup de balades, de temps en temps, nous partons de Ouistreham à pied pour aller jusqu’à Grandcamp-Maisy, en essayant de suivre le GR. Le pays d’Auge c’est un coin qu’on adore. On a découvert également le festival des AOC/AOP à Cambremer… idéal quand on aime les produits du terroir. C’est riche ! La Manche a également été une bonne surprise : à 1h10 de Caen, la variété des paysages est extraordinaire, avec des coins insoupçonnés et magnifiques, comme la Hague ou les petites anses, près de Gouville-sur-Mer. Il y a beaucoup de homards paraît-il là-bas, mais nous n’avons pas encore eu l’occasion d’essayer. »

 

 

Témoignages Ambassadeurs

Grégory MANCEL

Grégory MANCEL

La Genevraie Lire le témoignage

Jérémy ASTRIE

Jérémy ASTRIE

Saint-Lô Lire le témoignage

Katarina COLLAS

Katarina COLLAS

Caen Lire le témoignage

Alain VERNA

Alain VERNA

Dieppe Lire le témoignage

Haut de la page

Fermer la recherche