En savoir plus

Stéphanie Tourres Responsable - Waltersperger

Depuis le XVe siècle, la vallée de la Bresle, en Seine-Maritime, est réputée pour être la vallée du verre. Elle représente à elle seule plus de 70% de la production de flaconnage de parfums à l’échelle mondiale et se nourrit des nombreux savoir-faire ancestraux. Portrait de Waltersperger, entreprise du patrimoine vivant et dernière verrerie semi-automatique de France.

Une situation géographique idéale

La vallée de la Bresle est un emplacement stratégique depuis le Moyen-Âge. Organisées autour d’une rivière, la Bresle, un grand nombre de verreries se sont implantées pour des raisons pratiques comme l’apport de matières premières, tel que le bois de chauffe. « La tradition verrière est restée dans la région même si les fours ne fonctionnent plus au bois. Mais tout un écosystème s’est construit autour des verriers au fil du temps » explique Stéphanie Tourres, dirigeante de Waltersperger. Un écosystème qui intervient aussi bien en amont qu’en aval du process : en amont, pour la fabrication des outillages et en aval, avec les décorateurs. « La Normandie est aussi intéressante d’un point de vue industriel : elle est proche de Paris où se trouve l’essentiel de nos clients qui apprécient beaucoup cette proximité. »

Plus de 100 ans d’existence et un savoir-faire unique

Waltersperger produit du verre à Blangy-sur-Bresle depuis 1927. « C’est l’une des dernières verreries semi-automatiques de France » explique Stéphanie Tourres. Originaire de la région parisienne, c’est l’ADN et l’intérêt fort pour le verre dans la famille de son mari, implantée dans la région depuis plusieurs générations, qui la pousse à reprendre l’entreprise il y a 4 ans. « A l’origine, Waltersperger était dans le domaine de la moulerie ; c’est également un ancien propriétaire qui a conçu les premières machines semi-automatiques et s’est intéressé à la fabrication du verre. » Semi-automatique, comprendre semi-artisanal : « nous sommes entre l’artisanat et l’industrialisation avec, sur les postes, des ouvriers verriers qui travaillent le verre à la main, assistés par des machines et des outillages ». Un savoir-faire très important – unique en France et l’un des rares d’Europe – qui permet à Waltersperger de fabriquer des petites séries et des flacons de toutes tailles.

Clients internationaux et label EPV

Une vraie valeur ajoutée pour de nombreux clients de la verrerie normande notamment dans le domaine du luxe. « Nous travaillons pour les plus grands groupes français qui exportent à l’international, comme LVMH, L’Oréal… mais aussi pour des marques plus confidentielles, à travers le monde. » Flacons de parfums, carafes de spiritueux, objets de la maison… « Ce sont plutôt des commandes en petite série pour des clients extrêmement luxe » précise la dirigeante. De la fabrication à chaud et du verre en fusion aux différentes étapes de taille, de polissage : ce savoir-faire est aujourd’hui reconnu à travers le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV). « Un label délivré par l’État qui reconnaît la notion de transmission de savoir-faire ancien et spécifique, et de son adaptation au monde moderne. » Une reconnaissance par ailleurs très appréciée des clients en quête d’image authentique à diffuser auprès de leur propre clientèle.

Transmission des savoir-faire

L’entreprise normande est par ailleurs très attachée à la transmission de ses savoir-faire, notamment à travers les générations. Pour les faire perdurer, elle forme ainsi des jeunes sur place, à l’aide des collaborateurs plus anciens. Une dynamique en interne pour rayonner à l’externe qui s’exprime aussi à travers la démarche de responsabilité sociétale des entreprises. « La RSE, c’est relativement simple chez nous, parce qu’on travaille local : dans un rayon de 30 km, nous avons la totalité de nos fournisseurs de moules et nos décorateurs et l’essentiel de nos matières premières viennent de France » assure Stéphanie Tourres. Un atout de taille, y compris pour le recrutement.

Recrutement(s)

Forêt, eau… la naturalité de la Normandie, qui est au fondement même de cette industrie verrière, est une autre qualité que Waltersperger met en avant pour attirer. Dans le cadre d’une nouvelle usine à Blangy, et l’apparition de nouvelles productions, l’entreprise compte bien renforcer à court terme ses équipes de production. Le profil ? « Des personnes qui s’intéressent à la matière. » Mais aussi électriciens, mécaniciens… « On a certes une très grande légitimité mais pour rester compétitifs, il faut aussi pouvoir travailler avec son temps, continuer à moderniser nos machines et avoir des offres différentes. » Que ce soit pour la production à chaud ou le travail à froid, de nombreux collaborateurs chez Waltersperger sont à même de former les jeunes recrues. Pour l’amour de la matière, et la beauté du geste !

Bon à savoir

Regroupant plus de 65 entreprises et plus de 7000 employés, la Glass Vallée est le premier pôle mondial du flaconnage de luxe. Cette organisation professionnelle regroupe les entreprises autour du verre afin de les animer et de les faire rayonner.

 

En savoir plus : https://waltersperger.fr/

Haut de la page

Fermer la recherche